27/04/2020 : Nous étions confinés avant la crise ainsi que l'écrit superbement Abdennour Bidar. Confinés loin des ressources naturelles et de cette Humanité et ses cultures, ses solidarités qui font la joie de tous ceux qui les partagent, ceux qui donnent autant que ceux qui reçoivent. Ce confinement "métro, boulot, dodo" a contribué à l'atrophie de notre monde aussi bien que celle de nos consciences. La crise sonne comme un gigantesque avertissement. La sortie de crise doit opérer un vaste et profond déconfinement de nos existences et rétablir l'équilibre avec le monde, avec sa superbe, avec sa chaleur humaine.

Le monde d'après plus vertueux, plus épanoui, plus solidaire qui doit bousculement s'imposer n'est pas un mythe. Il repose sur un petit peu de chacun de nous et beaucoup de nous tous.

Le Pays de Grasse en France vient d’accepter de mettre en option son Palais des Congrès pour DEFISMED les 26 et 27 novembre prochain. Là vont être rassemblés des experts de référence, des producteurs "VERTueux", des élus, des jeunes. Tous avec la volonté de nous rassembler pour bâtir ce "tourisme d'après" qui fera fortement résonance avec l'écotourisme d'aujourd'hui.

Un tourisme d'après fortement tourné vers une résilience écologique et qui nécessitera l'alliance de nombreuses compétences entre les rives. A l'image de cette rencontre inoubliable à Antibes il y a 15 ans entre Hubert Reeves et Boris Cyrulnik qui avait conquis l'auditoire chanceux et que j'avais réuni pour la 1ère fois en public.